Brèves

La vie sinon rien, à La Valette

A 50 ans, Pierre Taraut découvre qu’il est atteint d’une malade rare. Il doit alors faire face à un mal dont, finalement, on ne connaît pas grand-chose, avec une seule quasi-certitude : la fin est proche. Pendant toute la durée de la pièce, on se retrouve donc avec Pierre, qui nous retrace ses derniers mois : la lutte, les disputes, le découragement, les petits bonheurs qu’on vole avant de partir. Il porte un regard sur ce parcours un peu chaotique, le rôle des médecins, les réactions de ses proches et les folies que l’on peut faire alors que la mort approche.

Si la pièce est une telle réussite, c’est sans aucun doute grâce à la capacité qu’à Xavier Percy à jouer les différents personnages auxquels Pierre Taraut fait face (les médecins qui semblent se réjouir d’une maladie rare, etc.), mais aussi grâce aux mimiques très communicatives de l’acteur. Si le sujet est difficile, il est abordé ici de sorte que le spectateur est emporté par la rage de vivre, et pas emmené dans de sombres pensées.
Un seul en scène est souvent un exercice difficile, mais il est ici réussi. La pièce se déroule d’une traite, sans pause – ni pour le public, ni pour l’acteur, mais on n’y ressent aucune longueur et aucun ennui. Dans ce monologue écrit par Antoine Rault, et mis en scène ici par Léonil Mc Cormick, l’acteur Xavier Percy fait une interprétation très juste d’une situation à laquelle personne ne voudrait être confronté. Aidé par quelques moments comiques, le spectateur est emmené dans différentes émotions sans trop en faire non plus.

La vie sinon rien – Une pièce d’Antoine Rault, mis en scène par Léonil Mc Cormick. Acteur : Xavier Percy. Durée : 1h35. Du 16 février au 26 mars – le jeudi, vendredi et samedi à 20h30, le dimanche à 18h (le dimanche 12 mars, à 16h).
Infos et réservations : Théâtre de la Valette – www.lavalettelavalette@skynet.be – 067/64.81.11



Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Une dose de plaisir en plus. Et si on parlait du premier, très beau, roman de Victoire de Changy
Une nouvelle plume ittroise a pris place au sein de l'horizon littéraire belge. Victoire a 29 ans, une jolie frimousse, des idées plein la tête et un talent certain. Une énergie communicative aussi. À chercher peut-être chez sa maman, Carine de Lichtervelde, très active chez Comartagrind, Musique clas'ittre et membre du CA du Centre Culturel.
Des gilles en plein été? Quelle drôle d'idée !
C’est pourtant bien à la fin du mois d’août, à l’occasion de la kermesse de « Virginal en fête », qu’a lieu la sortie officielle des Gilles virginalois accompagnés de leurs sociétés « sœurs ». Leur cercle a été créé il y a plus d'une vingtaine d'années pour participer à la ferveur populaire de cette grande ducasse.
login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS