Brèves

Des stars (du web) pour sauver la planète

Norman, Natoo, EnjoyPhoenix, Jhon Rachid, PV Nova, Angèle, Philippe Geluck, Bruno Coppens, les frères Dardenne, Jaco Van Dormael, Saule, Typh Barrow, Henri PFR, BJ Scott et encore d’autres ont tous au moins deux points en commun : (1) Ils sont connus et suivis par une plus ou moins grande communauté de fans. (2) Ils ont décidé de se lancer dans une grande campagne, sur les réseaux sociaux, afin de mobiliser un maximum de personnes pour lutter contre le réchauffement climatique global.

Le mouvement a démarré en France avec la campagne : « #OnEstPrêt ». Une vidéo virale (elle a généré dix millions de vues !) qui encourage chacun à poser ‘’un seul geste’’ pour préserver l’environnement.

Il a inspiré les célébrités belges, qui ont lancées à leur tour  la campagne : « J’peux pas, j’ai climat ». Une vidéo en ligne qui incitait, quant à elle, à participer à la grande marche pour le climat qui a eu lieu le 2 décembre à Bruxelles, premier jour de la COP24.

D’autres initiatives sur la même thématique se multiplient par ailleurs sur la toile : « Partager c’est sympa », « Le biais vert », « Il est encore temps », « # 1000solutions », etc… Mais aussi dans la ‘’vraie vie’’ : par exemple, près de chez nous, les commerces de proximités qui favorisent les circuits courts, Energ’Ittre, la coopérative citoyenne énergétique, nos agriculteurs qui ont fait le choix d’une agriculture responsable, les personnes qui privilégient la mobilité douce et le covoiturage, etc… Donc, pas d’excuse, même si vous avez raté la grande marche du 2 décembre, pour passer à l’action et faire quelque chose, à votre échelle, pour le climat !

Quelle sera la portée réelle de ces actions ? Auront-elles, ne fut-ce qu’un impact minime, sur le changement climatique ? … Probablement pas ! Ou en tout cas, pas directement ! Mais, elles ont toutefois le mérite de sensibiliser à la problématique et de mettre en action les citoyens! Ceux qui sont déjà convaincus ? … Probablement ! Les algorithmes de ciblage des différents réseaux sociaux ont la (fâcheuse) tendance à nous montrer, en priorité, ce qui nous plait  (ou tout le moins, ce que nous ‘’consommons’’ déjà). Et d’autre part, il est difficile de sortir de nos habitudes/certitudes, surtout quand leur impact n’est pas directement visible.

Mais parfois, il suffit d’une étincelle pour basculer dans ‘’l’autre camp’’! Et, si on en croît la statistique (contestée) d’Erica Chenoweth, il suffirait que 3.5 % de la population se mobilise de manière continue pour créer un changement profond dans la société! Il est donc permis de penser (d’espérer) que ce sont des initiatives comme celles-ci qui vont convaincre, durablement, de plus en plus de personnes. Et conduire (par un renversement des rapports de force) à la mise en place de changements systémiques majeurs : seuls moyens de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 70% d’ici 2030 comme le préconisent les scientifiques du GIEC !

Dans tous les cas, réussite ou échec, on préfère voir se multiplier de telles initiatives, sur les réseaux sociaux, en lieu et place des (bêtes) (et dangereux) défis comme on l’a vu ces dernières années. Et la multiplication, dans la ‘’vraie vie’’, d’actions individuelles au service de la communauté (et de la nature !), plutôt qu’au service de son confort personnel, même si elle n’arrive pas à nous préserver du changement climatique, n’est pas une mauvaise chose en soi.

Karim Sarton
Date de dernière mise à jour : 08/10/2015
Pascal Henry, 1er Echevin
Un projet de vie au service des citoyens

Du hasard de son arrivée à la certitude de son engagement

Pascal Henry, 54 ans, marié, deux enfants, est courtier en assurances depuis plus de 25 ans. Son bureau de courtage, H&Co sprl, est implanté à Virginal depuis presque 20 ans. Arrivé par le fruit du hasard, dans le village  (Pascal et sa famille, résidents à Oisquercq, cherchaient un terrain pour construire à proximité de leur lieu de vie), il s’est rapidement intégré à la vie de la commune. De par son emploi, où il fut amené à rencontrer pas mal de monde. Via le parcours scolaire et extra-scolaire de ses enfants : ce qui l’a conduit à participer à de nombreuses activités et à s’impliquer dans l’Association des Parents de l’école. Enfin, par son engagement dans diverses associations (la JSI, COMARTAGRIND,…), dont il fait encore partie aujourd’hui et qui lui ont permis, non seulement, de rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi de s’investir dans pas mal de projets.


Christian Fayt, nouveau Bourgmestre à Ittre
Ittre : l’aboutissement d’un long engagement en politique.

Quand la passion pour la forêt mène à la politique.

Cela fait près de 25 ans que Christian Fayt est impliqué dans la politique ittroise. Arrivé à Ittre en 1985 pour gérer le Bois des Nonnes à Fauquez (son cursus scolaire l’a mené vers des études forestières), Christian Fayt y prend racine, achète une maison et s’y installe en famille.
Par la suite, élu président des 500 agents de forêts qui géraient nos forêts à l’époque, il arriva très vite à la conclusion que pour faire avancer les projets qui lui permettraient de gérer au mieux les hectares dont il avait la responsabilité, l’investissement en politique était une approche à ne pas négliger.  

En 1994, lors de sa première tentative sur la liste PA, il est élu conseiller communal avec 89 voix. Six ans plus tard, il se représente et double son score. Expert détaché au cabinet du ministre de l’agriculture José Happart (PS) de 2001 à 2003, il y parfait son expérience politique.  Et c’est comme membre de Ittre+ (PS) qu’il devient finalement Echevin au sein du Collège communal en 2006 (au sein d’une coalition Ittre+/Ecolo/PA) puis en 2012 (au sein d’une coalition Ittre+/IC).
 
Sa désignation aujourd’hui au poste de Bourgmestre est, à ses yeux, l’aboutissement heureux du travail mené durant toutes ces années au sein des différentes fonctions politiques et professionnelles qu’il a assumé à Ittre. Même s’il souligne que ce n’était pas un objectif en soi lorsqu’il a démarré en politique. « Ce qui est primordial pour moi c’est de voir comment on peut faire avancer les choses quand on unit des forces de bonne volonté qui nous aident à frapper aux bonnes portes pour convaincre du bien-fondé d’un projet », nous confiera-t-il.

login Design by ArtWhere - Powered by Neo-CMS